L’essentiel de ce qu’il faut savoir, avant, pendant et aprés le stage

Lestage est un moment qu’on attend, qu’on redoute, qu’on craint.

Pour bien le réussir, il vaut mieux être armé.

Le stage ne doit pas être pour les entreprises comme  c’est trop souvent l’occasion d’embaucher de jeunes diplômés à

petit prix ni de remplacer un emploi à mi-temps.

 

Les stages oui mais pas n’importe quand, pas n’importe comment.

Depuis le 1er septembre 2010 les stages doivent être intégrés à un cursus pédagogique

dont la notion est défini par le décret numéro 2010 -956 du 25 août 2010.

Ce que dit le décret :

les stages sont considérés comme intégrés à un cursus pédagogique lorsqu’ils répondent aux conditions suivantes :

  • Leur finalité et leurs modalités sont définies dans l’organisation de la formation.
  • Ils font l’objet d’une restitution de la part de l’étudiant donnant lieu à évaluation de la part de l’établissement.

Sont également intégrées à un cursus les stages organisés dans le cadre :

  • des formations permettant une réorientation et proposé aux étudiants
  • de formation complémentaire destinée à favoriser les projets d’insertion professionnelle et validées en tant que telles par le responsable de la formation.
  • Les périodes pendant lesquelles l’étudiant suspend temporairement sa présence dans l’établissement.
Les droits des stagiaires la rémunération

Sauf dispositions conventionnelles plus favorables dès que le stage a une durée de plus de deux mois consécutifs le stagiaire reçoit une gratification obligatoire.

À défaut d’accord sectoriel le montant horaire pour 2012 est égal à    12,50 % du plafond horaire de la Sécurité sociale, soit :


(23 x 12,5 %) x (35 x 52 /12) = 436,05 euros pour 151,67 heures par mois,
soit 35 heures par semaine.

La gratification est due dès le premier jour de stage.

Elle est due aux stagiaires sans préjudice du remboursement des frais engagés pour effectuer le stage et des avantages offerts, le cas échéant, pour la

restauration, hébergement et de transport.

Cette gratification minimale bénéficie des exonérations fiscales et des exonérations des cotisations patronales et salariales. Au-delà il s’agit d’une

rémunération.

Pour en savoir plus voir le décret (numéro 2006-757 du 29 juin 2006 article L241 3.

La convention de stage.

Attention tout stage doit donner lieu à la signature d’une convention tripartite entre eux l’étudiant l’entreprise et l’établissement d’enseignement.

Il doit obligatoirement avoir un objectif pédagogique reconnu par l’établissement. Le stage doit être une application de la formation de

l’étudiant, il peut être également nécessaire à l’obtention de son diplôme.

Le stage doit permettre d’acquérir des compétences professionnelles que le stagiaire sera en mesure de réutiliser dans un premier emploi.

Grâce aux stages l’ étudiants va découvrir un milieu professionnel, une entreprise, une organisation, rencontrer des clients des fournisseurs etc.

Le stage a des objectifs de formation l’étudiant verra accroître ses compétences et connaissances acquises pendant le stage.

La convention contient un certain nombre de précisions sur les activités confiées en fonction des objectifs de formation ainsi que sur la durée maximale de présence dans l’entreprise.

Les différents engagements
l’entreprise s’engage:
  •  à proposer un stage s’inscrivant dans le projet pédagogique défini par l’établissement d’enseignement
  • Accueillir l’étudiant et désigner un responsable de stage qui l’informe sur les règles, les codes et la culture de l’entreprise. Ce tuteur  favorise son intégration au sein de l’entreprise, l’aide dans l’acquisition des compétences nécessaires, assure un suivi régulier de ces travaux, rédige une attestation de stage décrivant les missions effectuées. Cette attestation. Accompagnera les futurs curriculum vitae de l’étudiant.
L’établissement d’enseignement s’engage :
  •  A définir les objectifs du stage et s’assurer que le stage proposé  y répond.
  • Accompagner l’étudiant dans sa recherche de stage.
L’étudiant s’engage:
  •  à fournir l’appréciation de son stage à son établissement d’enseignement et à l’entreprise.
Contournement  et points de vigilance:

Bon  à savoir

  • si le stage est prévu pour une durée de trois à six mois on ne peut pas le saucissonner.
  • Certaines entreprises ou administrations peuvent être tentées de contourner les dispositions légales en fractionnant le stage et en évitant de le rémunérer. Refuser toute fragmentation de la durée du stage
  • Que faire si le stagiaire travaille dans l’entreprise sans convention, si le stage ne correspond pas aux attentes de l’étudiant, s’il n’a pas de tuteur dans l’entreprise s’il fait trop d’heures, s’il remplace un véritable salarié et ne reçoit pas de gratification, si l’étudiant à des impératifs de résultat avec un lien réel de subordination ????…

Ce qu’il faut faire c’est avant toute chose

  • garder tous les mails et les preuves écrites,
  • alerter directement l’école pour constituer un dossier. L’organisme de formation est tenu d’effectuer un suivi du déroulement du stage.

N’oubliez pas que la réussite de l’année dépend du stage,le mauvais déroulé du stage ne doit pas conditionner la réussite aux examens l’organisme de

formation du stagiaire ne peut le forcer à rester en stage pour cette raison.

Le stagiaire n’est pas tenu d’aller au terme d’un stage qui se déroule mal avec des problèmes relationnels de missions d’objectifs de formation et de coût.

 

Si vous avez des questions, des expériences à partager, n’hésitez pas à m’en faire part.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recevez par mail les textes de base de l'article, votre adresse mail reste confidentielle et ne sera jamais partagée ou revendue

* Merci d'indiquer votre mail

2 commentaires

  1. Merci de rappeler que l’étudiant n’est pas là pour remplir un poste vacant mais bien là pour apprendre tout en mettant en pratique ses connaissances.

Laisser un commentaire